Le hip hop

La danse hip-hop apparaît avec le break dance, une danse caractérisée par son aspect acrobatique et ses figures au sol et qui s'inspire en partie des Funk Styles (Locking, Popping et Boogaloo). Le terme correct pour parler de cette danse est le bboying. Les danseurs sont également appelés breakers, b-boys ou Fly-girl (pour les danseuses). De nouveaux styles sont apparus comme House dance, new style, Hooba Lumps. Les Funk styles, plus anciens que le bboying, et que le hip-hop en général, sont néanmoins considérés comme faisant également partie des danses hip-hop.
Ces danses, et principalement le breakdance, sont ponctuées par de nombreux battles, ainsi la violence n'est pas physique mais artistique, ou sort vainqueur du "conflit" le meilleur des deux. Les battles peuvent aussi se faire groupe contre groupe, et les meilleurs vont à la compétition la plus prestigieuse pour les breakeurs : le BOTY (Battle Of The Year).

Le hip-hop serait porteur du message d'Afrika Bambaataa et de la Zulu Nation qui a prôné : « peace, love, unity and having fun » (dont James Brown fera le titre d'une de ses chansons) soit « la paix, l'amour, l'unité et s'amuser », mais aussi le respect d'autrui ainsi que l'unité des peuples.
Il existe de plus un élément implicite, contenu dans chacune des disciplines : le dépassement de soi. En effet, que ce soit dans la danse, le graffiti ou la musique, l'exécutant est invité à s'améliorer pour obtenir chaque fois un résultat meilleur, plus satisfaisant, et repousser ses propres limites chaque fois plus loin.
Ces valeurs universelles sont à l'origine historique du mouvement hip-hop, même si l'ampleur et la diversification du mouvement rend certainement difficile, aujourd'hui, une analyse globale de valeurs.
En France, l'une des manifestations de la capacité du hip-hop à faire évoluer la société est l'avènement du premier animateur de télévision noir en France, étape historique ; Il s'agit de Sidney, dont l'émission H.I.P. H.O.P. fut également la première au monde entièrement hip-hop2.

KRS One, Chuck D, Lauryn Hill, Russell Simmons, Afrika Bambaataa, Tupac Amaru Shakur (futur 2pac), Doug E. Fresh, Queen Latifah, Dr. Dre, MC Lyte, Christopher Wallace (futur Biggie Smalls) et autres 300 délégués Hiphop ont présenté à l'ONU à New York le 16 mai 2001 la "déclaration de paix du Hiphop".
La déclaration commence par ces mots :
« Cette Déclaration de paix du Hiphop guide la culture Hiphop de la violence à la liberté, et établit conseils et protection pour l'existence et le développement de la communauté internationale Hiphop. À travers les principes de cette Déclaration de paix du Hiphop, nous, la Kulture Hiphop, sommes une fondation de Santé, d'Amour, de Conscience, de Richesse, de paix et de prospérité pour nous-mêmes, nos enfants et leurs petits-enfants, pour toujours. Pour la clarification du sens et de l'objet du Hiphop, ou lorsque l'intention du Hiphop est remise en question, ou lorsque surviennent des différends entre les parties concernant le Hiphop; les Hiphoppeurs ont accès aux conseils de ce document, la Déclaration de paix du Hiphop, comme orientation, conseil et protection. »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×